Esquisse d’un changement de doctrine au conseil municipal de novembre ?

dimanche 6 décembre 2020
par  Bénédicte ARIES
popularité : 36%

On a pu constater au conseil municipal du 19 novembre que sans jamais désavouer son prédécesseur, la nouvelle maire acceptait de soutenir l’organisation d’un cabinet de médecine non hospitalière . La Ville de Pontoise devient non seulement propriétaire-bailleur de locaux dont elle assumera les frais de ménage mais elle assumera aussi le poste de secrétariat médical.

Un conseil relayé en visio

Ce quatrième conseil de la mandature Von Euw s’est déroulé à huis presque clos pour cause de re-confinement. Pontoise Ensemble souligne qu’il a été retransmis en vidéo mais surtout reste visible sur le site de la Ville, ce qui est positif pour la vie démocratique locale. Cet écho des débats garde l’ordre des délibérations pour faciliter la compréhension des visionneurs éventuels.
JPEG - 72 ko

Point sanitaire ou commercial ?

Le conseil s’est ouvert par un point dit sanitaire selon l’ordre du jour. Madame la Maire a rapidement évacué le coté sanitaire « Pontoise est concernée comme les autres villes ». Elle s’est concentrée sur le soutien de la Ville à son tissu commercial. Elle a salué l’appui de la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise (CACP). En effet Pontoise a été ville test pour une plate-forme mutualisée de réservation tous commerces sur l’ensemble de l’agglomération. C’est du "cliqué à emporter" sans possibilité d’un paiement en ligne ni protocole de livraison, mais "cela pourrait se faire à terme".

Mme Von Euw reconnait que la dégradation sociale "était bien là". Pontoise Ensemble souligne qu’elle avait été.annoncée par Gérard Bommenel au moment du vote de la subvention complémentaire qu’il trouvait minimaliste. "Le budget des aides facultatives du Centre communal d’action sociale a été doublé en 2020 par rapport à 2019" selon la Maire qui a demandé le "retour à un emploi temps plein" pour les maraudes afin que la Ville soit présente plus efficacement auprès des SDF dont le nombre est croissant.

Le moral des quelques 300 seniors isolés demandeurs de contacts téléphoniques hebdomadaires est "en nette baisse, ce que l’annulation des spectacles de fin d’année ne va pas arranger, malgré un colis de remplacement" a indiqué Mme Von Euw. Cette mission de contact téléphonique s’appuie déjà sur les associations caritatives.

Une dispensable réserve citoyenne

La création de ce corps de volontaires bénévoles pour actions exceptionnelles « vient d’être officialisé ce matin » a annoncé Mme Von Euw. Elle s’est félicité d’avoir déjà une trentaine d’inscriptions de volontaires. La première mission projetée sera la confection et la livraison de « boites de Noël » remplies par les Pontoisiens de petits cadeaux pour faire plaisir à leurs concitoyens.

Pontoise Ensemble rappelle qu’on a vu à deux reprises cette année une belle et forte mobilisation solidaire à Pontoise sans la moindre formalisation en réserve citoyenne. C’était lors du confinement de printemps et de l’incendie qui a bouleversé plusieurs semaines d’été la vie des habitants des Hauts de Marcouville. Beaucoup de ces bénévoles, sans engagement associatif solidaire ou caritatif préalable, ont su s’auto-organiser et s’adapter souplement aux besoins… Encore bravo et merci à eux.

Il ne faut pas confondre la réserve citoyenne de Mme Von Euw avec la Réserve Opérationnelle de la gendarmerie nationale qui a pour mission principale de renforcer les unités de terrain avec d’ex-militaires. Il ne faut pas la confondre non plus avec la réserve communale de sécurité civile, comme celle créée par la ville de Cergy en novembre 2018 pour renforcer bénévolement en cas de besoin les services municipaux en prévention ou lors de situation exceptionnelle comme une inondation. L’ambition de la Ville de Pontoise semble donc bien limitée actuellement pour cet outil de mobilisation des habitants au service de tous,

Ce n’est qu’après ce long monologue que le conseil municipal a commencé à délibérer.

Un appel minimaliste au service civique

Bénédicte Ariès a regretté le peu d’ambition de la Ville pour accueillir les volontaires au titre du « Service civique ». Il s’agit de jeunes en recherche professionnelle de 18 à 24 ans auxquels l’ indemnité « généreuse » de l’Etat d’un maximum de 688 € ne permet pas une autonomie de vie loin de chez eux.

La ville limite son recours à deux volontaires en service civique. Leur mission est d’être auxiliaires au service senior au titre « d’actions intergénérationnelles ». C’est une action utile aux Seniors autant qu’à ces jeunes encore sans qualification ! Le service civique leur permet en effet de vivre une expérience sociale formatrice et quasi professionnelle sur un peu plus de deux trimestres. Les premières semaines de leur service sont consacrées à une formation à la mission par l’association encadrante, dans un groupe qui sera réuni ensuite un jour par semaine.

C’est que le service civique, permet bien d’autres actions qui seraient utiles aux Pontoisiens dans leur ensemble a souligné Bénédicte Ariès . Ne citant que la seule association d’encadrement Unis-Cité, elle a indiqué que cette dernière organise notamment une action autour des fausses nouvelles, du codage et de la citoyenneté numérique , (programme fake-news) et une autre avec des actions de de convivialité autour du handicap et des aidants,(programme Famille en harmonie). Elle rappelait que pour ces deux sujets les besoins locaux sont importants.

Laetitia Dewalle, en charge de ces dossiers, a répondu qu’il n’y avait pas les fonds pour trop de jeunes et que l’accompagnement des jeunes volontaires seraient selon les services une charge trop lourde pour le personnel. Elle a concédé que la Région étant en charge des lycées, elle pourrait s’intéresser à la mission « cinéma et citoyenneté » d’UnisCité qui lui était signalée. Il s’agit d’une malette de trente courts métrages, sélectionnés pour servir de supports à des ciné-débats qui permettent aux les jeunes d’échanger de pairs à pairs sur des sujets sociétaux. Mme la Maire soulignait que les financements de ces services civiques qui passaient par le département était plutôt en baisse mais qu’elle serait très favorable à ce que cette collectivité territoriale s’y investisse plus.

Maison médicale : un tout petit premier pas ?

Il était demandé au conseil municipal d’autoriser la signature de baux locatifs pour des médecins dans les préfabriqués reconditionnés près du boulevard des Cordeliers. Pour l’heure il y a cinq cabinets disponibles et deux pour la continuité de l’offre de soin en fin de journée et le week-end, qui sera assurée par des urgentistes de l’hôpital de Pontoise .

Comme le secrétariat médical, et le ménage seront assurés par la ville de Pontoise, Gérard Bommenel a considéré que c’était une première esquisse du centre polyvalent de santé que les élus de Pontoise Ecologique et Solidaire appellent de leurs vœux. Il a fait part du vote positif de son groupe sous la réserve expresse que les baux ne seraient signés qu’avec les médecins de secteur 1,ne pratiquant pas de dépassement d’honoraires et acceptant la CMU.

Règlement intérieur du conseil municipal

Comme tout groupe en réunion, les séances de conseil municipal sont organisées par un règlement intérieur qui doit être adopté en début de mandat. La proposition de la Ville consistait en un toilettage minimal du règlement du mandat 14-20. Il est introduit la possibilité de captation vidéo du conseil sans toutefois la systématiser, ce que Pontoise Ensemble trouve regrettable. Le refus d’enlever le qualificatif à titre "exceptionnel" pour une interruption de conseil permettant de donner la parole au public a été soutenu par le groupe minoritaire de Gérard Seimbille. Mais il a motivé l’explication de vote négatif de Matthieu Drevelle au nom de son Groupe Municipal.

En effet cette pratique d’interrompre le conseil municipal pour donner la parole au public est courant dans plusieurs communes, notamment dans l’agglomération de Cergy-Pontoise. Preuve est faite pour ces élus que ces interruptions de conseil ne nuisent pas aux travaux de l’assemblée délibérante et bien au contraire la rapprochent du citoyen. Hélas, pour Mme Von Euv, « une assemblée délibérante n’a pas à être participative ».

Le PLU communal peu efficace

Pour des raisons d’évolutions réglementaires, faute de prise de position du conseil sur ce point, le transfert de PLU communal à PLU intercommunal s’appliquerait automatiquement. La délibération proposait une refus. Gérard Bommenel a expliqué l’abstention du groupe Pontoise Ecologique et Solidaire à ce vote car il voulait souligner à quel point la situation actuelle ne favorise pas la prise en compte des périphéries de chaque ville. Il citait comme exemple l’offre commerciale délétère que subit Pontoise du fait des zones commerciales qu’avec son PLU communal la ville d’Osny s’autorise à multiplier à sa porte !

Pontoise Ensemble constate que Robert Dupâquier a répondu en évoquant une homérique bataille de changement d’éclairage public avec la communauté d’agglomération. De fait, cela ne concerne que très, très indirectement le PLU, il s’agit des travaux effectué par Cylumine, prestataire d’une délégation du service public d’éclairage de la CACP, sans respect des préconisations de la commune.

Complexité des comptes d’un syndic de copropriété

Tout en approuvant l’aide exceptionnelle à une des trois copropriétés des Hauts de Marcouville pour être soutenue par l’ARC (association nationale des responsables de copropriétés) dans l’examen des comptes du syndic de leur grand ensemble, Bénédicte Ariès a exprimé le souhait que les conclusions de cette étude puissent être « partagées avec les deux autres résidences, car si les difficultés de chacune sont spécifiques, elles ont certainement beaucoup de points communs. »

Elle a souligné l’importance du rôle de la Ville face à ce grand syndic d’une copropriété privée qui abrite plus de 10% des Pontoisiens. « Il a fallu l’influence forte de la Ville pour des réactions efficaces après l’incendie de cet été " auprès du bailleur Erigère comme auprès du syndic de copropriété. Il faudra , selon elle « exercer une influence aussi précise " à l’avenir pour que les Hauts de Marcouville retrouvent un fonctionnement "équitable et clair". Pontoise Ensemble souligne en effet qu’il serait très souhaitable que la société Erigère assume mieux son rôle de contrôleur du syndic car elle a probablement les trois quarts des droits de vote, avec 680 logements sur un millier.

Non au travail dominical

Matthieu Drevelle a choisi de s’abstenir sur l’autorisation d’ouverture supplémentaire des commerces de cinq à douze dimanches en 2021, car s’il comprenait les besoins des commerçants indépendants de la ville, il s’interrogeait sur la réalité du volontariat des employés des commerces. Il soulignait que seules les grandes enseignes bonifient réellement ces périodes de travail à contretemps, si nuisibles à la vie personnelle et familiale des personnels. Il s’inquiétait d’une note envisageant un élargissement de cette autorisation d’ouverture dominicale : "La crise ne doit pas être un prétexte à rogner sur les droits sociaux" .

Ce conseil municipal qu’il est possible de revisionner sur le site de la Ville s’est terminé par le refus de Mme la maire de répondre à une question orale qui lui avait été posée avec neuf heures de retard nocturne sur le délai imposé de 48 heures.
.

pour visionner ce conseil : https://www.youtube.com/watch?v=NI8...


Commentaires

Brèves

6 octobre 2017 - Politique. Le dispositif « Voisins vigilants » a fait débat à Pontoise

Les "voisins vigilants" ont monopolisé les débats au cours du dernier conseil municipal. Vous (...)

12 décembre 2016 -  Prochain Conseil municipal le jeudi 26 Janvier 2017

Le prochain conseil municipal aura lieu le jeudi 26 Janvier 2017 à 20h30 à l’Hôtel de (...)