PLU : on en veut PLUS

dimanche 21 novembre 2010
par  Didier Peyrat
popularité : 34%

Le PLU a pour enjeu de dessiner le visage de notre cité pour les 10/15 années à venir, soit jusqu’en 2020/2025. Pour nous, la ville doit prendre résolument le virage écologique et s’attacher à féconder son label “ville d’art et d’Histoire” d’un vrai contenu.

Le PLU a pour enjeu de dessiner le visage de notre cité pour les 10/15 années à venir, soit jusqu’en 2020/2025.

Le document soumis à concertation par le biais de l’exposition est tellement général qu’on a de la peine, pour l’instant, à discerner les traits de ce visage futur.
Pourtant, sauf à rendre la concertation très formelle, un document d’urbanisme aussi important ne peut être constitué seulement de têtes de chapitres .

Pour nous, l’enjeu des années à venir est de définir les axes directeurs d’une planification urbaine qui, sans rompre les ponts avec l’agglomération de Cergy-Pontoise pour ce qu’elle a d’indispensable et de nécessaire, cultive ce qu’on pourrait appeler une “différence de bon aloi” : celle de Pontoise par rapport au reste de l’agglo. Une différence qui renforce l’attractivité propre de Pontoise. Si ce n’est pas fait, dans 15 ans Pontoise sera une ville comme tant d’autres, progressivement mais sûrement absorbée dans l’ensemble de l’agglomération.
Cette évolution, qui n’est pas fatale, peut être contrecarrée.

Concernant cette identité spécifique de Pontoise qui tout à la fois doit être sauvegardée et approfondie, deux éléments constituants nous paraissent décisifs :

- La ville doit prendre résolument le virage écologique L’écologie, c’est identitaire à Pontoise.
Durant le mandat 2001-2008 aucune référence n’était faite à l’écologie... Ainsi, du retard a été pris par rapport à d’autres villes. Depuis 2008, on constate, certes, que l’écologie devient petit à petit une référence plus fréquente dans les textes et les discours, mais le manque d’actions concrètes se fait sentir. Or nous devrions nous engager, tant dans le domaine des constructions que dans le domaine des déplacements, à faire de Pontoise, charnière de l’agglomération et du Vexin, une ville phare de notre département en matière de protection de l’environnement.

- La ville doit s’attacher à faire vivre son label “ville d’art et d’Histoire” autrement que pour sa charte graphique et des mentions agrémentant les documents municipaux.

De ce point de vue, on doit regretter que les éléments de patrimoine remarquable constitués par les bâtiments bordant la place d’armes de l’ex caserne Bossut aient été si mal défendus dans la période récente, la majorité municipale, ayant fini par se rallier à la déconstruction radicale prônée par la technostructure de la CAPC. Pourtant, d’autres villes (Grenoble, Lille, etc.), confrontées à des anciens bâtiments militaires ou industriels, ont su les utiliser pour faire vivre de nouveaux quartiers.
Déplorons aussi à quel point les ressources potentielles d’un quartier comme celui de l’Hermitage ne soient pas mieux utilisées (les sentes, les paysages et les maisons peintes par Camille Pissarro) comme marqueur identitaire culturel de notre ville.

Deux enjeux concrets mériteraient d’être précisés pour qu’on puisse valablement, et non pas formellement, se déterminer par rapport au futur PLU :

1°) Le futur Quartier Bossut doit être au minimum dessiné dans le PLU. Les Pontoisiens, après beaucoup d’errements et d’incertitudes sur cette ZAC, ont le droit de savoir les projets en présence. Certes, ce sera un enjeu des élections municipales de 2014, mais justement : il ne faudrait pas que d’ici là les choses soient décidées en catimini. Nous ne voulons pas d’un quartier tourné vers un centre commercial extérieur à notre ville. Bossut doit même constituer une part du nouveau centre de l’agglomération qui méritera ainsi mieux son nom, avec une nouvelle centralité de l’agglo partagée entre Cergy et Pontoise.
Ce que nous voulons ? Un éco quartier populaire exemplaire.

2°) La priorisation effective de la circulation douce. Pas de Pontoise en même temps durable, conviviale et attractive sans inverser les priorités de circulation. Aujourd’hui au profit des voitures, elles devraient être demain au bénéfice des piétons, des cyclistes et des transports en commun. Limiter à 30 km/h la vitesse sur la majorité des voies, mieux repérer les piétons, faciliter le freinage, respecter les cyclistes, autoriser les vélos à contre sens dans les voies à sens unique, faire des trottoirs traversants (comme à Versailles), ce serait :
- lutter contre le bruit
-  reconquérir nos rues, notamment au profit des personnes les plus fragiles,
Tout cela aussi au bénéfice du climat de la ville.

Aziza Akhmouch, Présidente de Pontoise Ensemble

Didier Peyrat, Secrétaire Général

NB : le Conseil Municipal du 16 décembre prochain débattra de la première mouture du PLU 2


Brèves

1er décembre 2016 - Réunion publique le 14/12/2016 : aménagement du stationnement rue Pierre Butin

La mise en place d’un radar a démontré en 2014 que la limitation de vitesse à 30 km/h sur la rue (...)