Sécurité, Rapports d’Orientations Budgétaires et Egalité femmes hommes au conseil municipal du 3 Février

lundi 14 février 2022
par   Pontoise Ensemble
popularité : 60%

Bilan de la politique de sécurité, Rapport d’Orientation Budgétaire (ROB) et Rapport annuel sur l’égalité entre les femmes et les hommes ont fait l’essentiel du conseil municipal en visioconférence de Février. manifestement la majorité est bien plus à l’aise avec la présentation d’éléments chiffrés pour les deux premiers thèmes alors qu’elle masque difficilement son manque d’initiative politique contre les inégalités dues au genre.

Une longue présentation de la politique publique de sécurité

M. François Daoust a longuement énuméré les nouveaux matériels fournis à la police municipale : caméras piétons, gilets pare-balles, armes et les vélos électriques... jugés propices à de meilleurs contacts avec la population. S’y ajoutent de nouvelles caméras de surveillance qui permettront bientôt la vidéo verbalisation et de nouveaux radars de vitesse. L’adjoint au Maire en charge de la sécurité a ensuite donné une série de statistiques d’actions et de délits d’où il ressort que les infractions de loin le plus souvent réprimées concernent le code de la route avec près de 4900 procès-verbaux dressés pour non-respect de sens interdits, stop, vitesse de circulation...
Le premier adjoint s’est aussi félicité de la coproduction de la sécurité entre les Polices municipales et nationales à Pontoise où la collaboration entre ces polices est jugée très efficace.
Florence Chambon Florence Chambon du groupe PES (Pontoise Ecologique et Solidaire) a regretté que cet imposant bilan oral ne soit pas un rapport écrit communiqué avant le conseil. Maire et adjoint ont approuvé cette requête pour 2023 ce qui permettra un examen plus approfondi et des questions plus pertinentes.
Gerard Bommenel, du même groupe, a fait constater que les réquisitions judiciaires de visionnage des cameras de vidéosurveillance servent à la sécurité nationale avec des arrestations à Orléans et en Allemagne ; cela justifie-t-il pour la ville d’en renforcer a ses frais le nombre et la qualité ?

Une orientation budgétaire savamment pessimiste

L’adjoint aux finances M. Lambert a évoqué les indicateurs macro-économiques suivis d’une interminable litanie des impacts négatifs attendus sur les dépenses et les recettes : crise sanitaire, hausse des prix de l’énergie, augmentations gouvernementales non compensées, baisse des subventions de la CACP et enfin perte du Fond de Péréquation Communal et Intercommunal (FPIC).
JPEG - 21.6 ko Tous ces malheurs prépareraient un "effet ciseau" diminution des recettes et augmentation des dépenses. Cela pourrait selon l’adjoint aux finances entraîner la Ville vers l’abime financier. Après tant d’alarmes les élus PES ont pu s’étonner d’apprendre qu’en 2021 l’endettement a diminué de près de 2M€, que la capacité d’autofinancement de la commune s’est amélioré de plus de 1.5M€ à 5.9M€, que le Taux d’Epargne Brute soit au plus haut à 14% et que la majorité le prévoit à 12% en 2022 alors que son objectif n’est que de 7%.

Avec cette insolente santé financière on pourrait s’attendre à un effort du côté des dépenses futures mais fidèle à sa politique d’anticipation de crises qui ne se matérialisent pas, la majorité préfère serrer la vis et grossir sa cagnotte.

Deux politiques prioritaires sont définies pour 300K€ :
- La propreté est reconduite une deuxième année car apparemment les efforts entrepris tout au long de l’année dernière n’ont pas amené des résultats suffisants. Grâce à elle nous auront droit à une sanisette monument qui manquait vraiment à Pontoise et un nouveau container poubelle enterré.
- L’attractivité commerciale qui valorisera la « Destination impressionnisme » et Pontoise via un plan média et l’achat de décorations et d’illuminations.

Les autres grandes orientations concerneront :
- La vie et l’animation de la ville, sous la responsabilité d’un nouveau manager de ville qui poursuivra la politique de préemption de commerces et permettra l’ouverture d’une guinguette aux bords de l’Oise. L’espace social des Cordeliers accueillera enfin les jeunes de 14 à 17 ans. Les besoins sociaux feront l’objet d’un audit dont on ne sait s’il demandera une augmentation des prestations où une baisse. Une grande cérémonie de remise de dictionnaires aux écoliers sera organisée comme au bon vieux temps en oubliant Wikipédia et la lutte contre la fracture numérique.
- Construire et investir permettra le lancement de l’étude sur la rénovation urbaine de Marcouville menée par la CACP, l’ouverture du parking du jardin de la ville, la mise en œuvre d’un plan pluriannuel de rénovation des voiries à petits pas, l’étude de la rénovation du stade Loustaud, la rénovation de quelques logements communaux et enfin la mise en place tant attendue de caméras de verbalisation.
- Les engagements écologiques seront dotés de 800K€. La ville s’étant enfin rendue compte qu’elle était toujours dans l’illégalité depuis sa condamnation en 2019 mettra enfin en place des doubles sens cyclistes et pérennisera les Corna pistes avec l’aide du département. Elle créera un verger pédagogique grâce à des associations, supprimera enfin les produits phytosanitaires comme la loi le lui impose. Elle adaptera l’éclairage nocturne pour respecter les trames noires sous la houlette de la CACP et remplacera l’arrosage à perte par du goutte à goutte.

Les élus du groupe PES dénonçaient le manque de services rendus à la population, la recherche effrénée de ratios financiers toujours axés sur un minimum de dépenses, l’aspect gadget des politiques prioritaires, leur éloignement de l’urgence sociale et climatique et la poursuite de l’externalisation des services communaux vers le privé malgré les récents échecs de la Délégation de Service Public en matière de gestion du stationnement. Ils proposaient en contre point une priorité orientée sur la lutte contre les inégalités en matière d’éducation et de santé et des actions plus concrètes et plus efficaces en matière d’engagement écologique comme une politique zéro déchets, la mise en place de composteurs dans tous les quartiers ce qui donnerait un peu de consistance à la priorité propreté, l’utilisation de matériaux clairs et perméables pour la réfection des voiries et de trottoirs qui permettraient de réduire les températures lors des grandes chaleurs et la fin des élagages estivaux si dommageables à la biodiversité et à la lutte contre le réchauffement climatique.

Une politique d’égalité femmes hommes minimaliste

M. Philippe Rouden, Conseiller municipal délégué au Management et aux Ressources humaines, avait la lourde tâche de défendre ce rapport. Fort de ses attributions il s’est contenté de présenter la partie Politique des ressources humaines d’où il ressort essentiellement que les femmes représentent la majorité des agents municipaux (66%) monopolisant une quasi exclusivité des postes dans les filières médico-sociales, administratives et animation. Ces chiffres, comparables à ceux des autres collectivités territoriales, sont pour la mairie la « conséquence d’une éducation genrée » et expliquent les autres différences constatées notamment en terme de salaires ce qui justifie son inaction dans la lutte contre les inégalités dans ce domaine. Sandra Nguyen le regrettait dans son intervention exprimant sa frustration qu’aucune des statistiques présentées ne soit significative des actions menées par la ville en terme de lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes. Monsieur Rouden évacuait complétement de sa présentation le chapitre du rapport concernant les Politiques Territoriales qui était sans doute la partie la plus significative de l’inaction de la Mairie. Gérard Bommenel Cela a fait réagir Gérard Bommenel du groupe PES qui s’insurgeait que cette partie du rapport fort incomplète selon lui soit truffée d’erreurs et d’omissions. Il s’étonnait que ce volet qui n’avait déjà pas été présenté en commission ne soit pas exposé au conseil. Dans sa réponse Mme la Maire préférait allumer un contre feu sur la non obligation légale de données budgétaires plutôt que de s’étendre sur ce grave manquement sans doute pour masquer aux Pontoisiens la faiblesse des actions de la majorité dans la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes. A la place d’un rapport complet nous avons eu droit à l’annonce de la seule bonne nouvelle dans cette présentation à savoir la nomination de deux élues pilotes pour « déployer un projet collectif d’égalité entre les femmes et les hommes » à Pontoise. Nomination qui faisait sans doute écho à la demande du groupe PES « de voir dans l’équipe municipale au moins un adjoint ou un conseiller délégué en charge de l’égalité femmes-hommes » lors de la présentation du rapport en 2021. Espérons donc que quelques réalisations en politique territoriale soient présentées en 2023. A l’issue de ces débat seuls les élus du groupe PES votaient contre ce rapport démontrant une fois encore qu’ils étaient l’unique voix d’opposition dans ce conseil.

En conclusion nous sommes fixés sur les points de focalisation de la majorité, à savoir un renforcement de la sécurité via une police municipale armée, un budget axé sur le désendettement avec un minimum de dépenses vers la population et sur ses points non prioritaires comme la lutte contre l’égalité femmes hommes.


Vidéo du conseil municipal du 3 Février

Commentaires

Brèves

6 octobre 2017 - Politique. Le dispositif « Voisins vigilants » a fait débat à Pontoise

Les "voisins vigilants" ont monopolisé les débats au cours du dernier conseil municipal. Vous (...)

12 décembre 2016 -  Prochain Conseil municipal le jeudi 26 Janvier 2017

Le prochain conseil municipal aura lieu le jeudi 26 Janvier 2017 à 20h30 à l’Hôtel de (...)