Pourquoi aller voter aux élections législatives ?

lundi 6 juin 2022
par  Bénédicte ARIES
popularité : 100%

Beaucoup de nos concitoyens ont le sentiment que tout est joué après l’élection présidentielle et qu’il n’est pas nécessaire de se mobiliser de nouveau.

Bien sûr les français ont choisi Emmanuel Macron comme président. Bien sûr depuis l’inversion du calendrier des deux élections phares les législatives ont donné systématiquement une majorité au président élu. Cependant cela ne veut pas dire que tout est déjà gravé dans le marbre pour cette fois ci.

Il existe deux configurations que les sondages d’anticipation de vote jugent possibles : elles permettraient une meilleure répartition des pouvoirs et éviteraient la reproduction du quinquennat précédent.

Les députés

En France, c’est l’Assemblée nationale qui fait les lois ; les 577 député·es ont donc un réel pouvoir. En proportion de sa population le Val d’Oise élit 10 députés. Notre 1re circonscription va de Pontoise à Persan-Beaumont et englobe quasi tout le Parc naturel régional du Vexin Français

Les député·es peuvent proposer des lois, modifier et ratifier (ou non) celles proposées par le Gouvernement. Ils et elles peuvent aussi questionner les ministres sur l’action du gouvernement, et missionner des enquêtes sur un sujet en particulier. Les député·es peuvent aussi déposer une motion de censure visant à destituer le Premier ministre et son gouvernement.

Pour obtenir des victoires sur les propositions gouvernementales, il faut que suffisamment de député·es se sentent libres de défendre leurs valeurs : défense de l’égalité, de la liberté, de l’environnement et du climat, des services publics de santé, d’éducation, de justice etc... tous sujets qui ont été très malmenés par les récents gouvernements successifs,
JPEG - 10.2 Mo

Majorité ou minorité parlementaire ?

Pendant le dernier quinquennat, la plupart des député⸱es élu⸱es faisaient partie de La République en Marche (le parti d’Emmanuel Macron). Ils constituaient donc une majorité présidentielle absolue. C’est ce qui a permis au président Macron et à son gouvernement de ne pas craindre d’opposition puisqu’il n’avait pas besoin de l’accord d’autres députés que les LREM pour voter les lois qu’il voulait faire adopter. .

Notre circonscription avait élu un député LR Antoine Savignat qui était donc député minoritaire. Celui-ci a surtout brillé par des propositions sur la prison et la discrétion de ses autres prises de positions. Cela étant, Agir pour l’Environnement l’a classé 296e dans son récent classement des députés engagés en matière de protection de l’environnement. Le dit classement souligne d’ailleurs que les cent derniers sont LREM.

La cohabitation ?

Depuis 2002 la France ne vit plus de cohabitation. Le dernier cas de figure fut celui du président Chirac (RPR) de droite (septennat 1995-2002) qui dût choisir un Premier ministre de gauche (PS) Jospin, "Ce gouvernement de cohabitation" a obligé l’exécutif (le gouvernement) à tenir compte de la volonté du législatif (l’Assemblée et le Sénat qui votent les lois).

La réélection d’Emmanuel Macron ; qui avait su œuvrer pour garder la chance d’avoir Marine Le Pen comme adversaire de second tour, peut faire craindre le pire pour les services publics, l’environnement, la justice fiscale, les retraites. les pesticides.. Pour 2022-2027 il faudrait donc avoir un vrai contre-pouvoir à l’Assemblée nationale : un nombre suffisant de députés qui puisse stopper les lois qui leur porteraient atteinte et puisse même promouvoir des contre-mesures ambitieuses.

Dès les prochains mois, des lois structurantes seront votées : à l’automne 2022 le projet de loi de finances, déterminera combien d’argent public sera dépensé (ou non) pour la transition écologique, pour les services publics. On nous annonce la poursuite des réformes sur les retraites, sur l’hôpital public, etc....

Donc oui, il y a de bonnes raisons de participer activement au scrutin législatif des 12 et 19 juin 2022


Commentaires