Les Pontoisiens n’ont pas eu peur de la cohabitation pour ce 1er tour

mardi 14 juin 2022
par   Pontoise Ensemble
popularité : 97%

Pontoise qui s’honore de ne pas placer le RN en troisième place, donne nettement plus d’avance à la candidate Nupes que l’ensemble de la circonscription. Mais la gauche unie ne pourra pas gagner le 19 juin sans avoir convaincu les nombreux abstentionnistes dépités par l’élection présidentielle de reprendre le chemin des urnes.

Une participation plus faible que l’ensemble de la circonscription

Pontoise compte 17 249 électeurs théoriques. De fait plus d’un habitant sur deux y peut exercer le droit de voter. Cependant le parti des abstentionnistes reste la première tendance politique à Pontoise. 55% des électeurs ne sont pas déplacés pour ce premier tour des élections législatives.
Ce 12 juin n’a vu que 7 845 électeurs se mobiliser pour voter directement ou par procuration. Ils avaient été 12 154 à s’exprimer au 1er tour de la Présidentielle, mais seulement 10 346 à le faire pour le 2nd tour sans doute par refus de plébisciter un président qui avait si bien oublié pendant un mandat qu’il avait été élu « contre » l’extrême droite et non par adhésion à son programme.
L’abstention est un peu moins forte sur l’ensemble de la circonscription puisque la participation y atteint presque 49% au lieu de 45,45% à Pontoise.
On peut remarquer qu’à Pontoise 110 électeurs ont assumé le vote blanc et que 25 autres ont rendu leur bulletin invalide d’une façon ou d’une autre. Que décideront ils pour le 2e tour qui verra s’affronter deux jeunes femmes, l’une soutenue par la majorité sortante et l’autre par la gauche unie.

L’idée de cohabitation a fait son chemin

La leçon du Parlement godillot 2017-2022 semble avoir porté des fruits : une cohabitation « musclée » de gauche unie semble moins risquée aux Pontoisiens que la majorité absolue d’un Président jupitérien. Celui-ci a superbement ignoré qu’un parlement pouvait débattre et influer sur sa politique et que c’était même le rôle de l’Assemblée nationale. Devant cette majorité absolue qui rendait tout débat sans risque pour le gouvernement, on a vu honorablement batailler, souvent seuls, les 17 députés de la France Insoumise. Ce sont les Sénateurs, dont le corps électoral était franchement à droite, qui ont sauvé l’honneur du Parlement car leur majorité leur en donnait les moyens.
Sur les 21 bureaux de vote, seul le N° 6 a placé en tête de peloton la candidate du parti gouvernemental. Tous les autres ont placé la candidate de la gauche unie en première position.

Deux candidates pour le deuxième tour

Leila Ivorra de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale a donc convaincu 2 844 électeurs (36,89%) des suffrages alors qu’Emilie Chandler d’Ensemble, coalition gouvernementale sortante à peine relookée a été soutenue au 1er tour par 1830 Pontoisiens (23,74%). C’est le même ordre d’arrivé pour l’ensemble de notre circonscription Pontoise-Vexin avec un écart nettement moins important. (Nupes 28,2% / Ensemble 23,78%)
Le deuxième tour verra donc s’affronter ces deux jeunes femmes. La politique se féminise enfin en France et la seule vraie innovation du mandat législatif 17-22 va peut-être perdurer.
Leila Ivora et son suppléant Gilles Paignon
Leila Ivora et son suppléant Gilles Paignon

PDF - 436.3 ko
Résultats détaillés

Le peloton des sortis de droite

Le député sortant, AntoineSavignat (LR) arrive loin derrière sur la ville dont il était pourtant ex-adjoint (14 ,31% - 1103 votes). Il ne distance que de 146 voix le candidat RN Philippe Pierre. (12,41%). Mais sur l’ensemble de la circonscription c’est le RN qui talonne le duo de tête avec 21,03% des votes, le sorti LR ne totalisant que 11,95% des suffrages. L’Assemblée nationale semble destinée maintenant à un renouvellement plus rapide de ses élus : c’est probablement l’effet de la fin des cumuls de mandat qui favorisait les carrières politiques quasi professionnelles !
Le choix d’Antoine Savignat d’appeler à un « tout sauf Macron » en espérant une dissolution pour cause de blocage parlementaire convaincra-t-il les Pontoisiens ? On peut en douter car l’expérience des deux cohabitations de Jacques Chirac ne laisse pas aux Français le souvenirs du chaos dont on nous menace. Cet homme de droite fut 1er ministre de Mitterrand de 1986 à 1988 puis Président du 1er ministre socialiste Lionel Jospin de 1997 à 2002.
Malgré le joli titre de Reconquête, le zemourien Erwan Attagnant n’est arrivé qu’en 5e place (4 ,20%) à Pontoise grâce au vote de 324 électeurs. C’est la même place sur la circonscription avec un score légèrement supérieur (5,04%). Lionel Lessaint est en 7e positions pour Les souverainistes de Debout la France avec 2,34% des suffrages. L’extrême droite a convaincu donc 1675 électeurs pontoisiens dont le vote protestataire reste une inconnue pour le second tour.
On peut supposer que les électeurs de ces candidats évincés ne se porteront pas sur la candidate de la gauche unie, mais feront-ils pour autant la grève des urnes pour ne pas soutenir un parti d’un président qui a si mal traité le Parlement pendant cinq ans ?

Les candidats de témoignages

Le bulletin de couleur verte des Nouveaux écologistes du Trèfle, parti actif surtout en région provençale a attiré 351 électeurs pontoisiens (4,55%) et le Parti Animaliste 121 (1,57%). L’analyse des réponses des écologistes et de la France Insoumise sur les questions d’environnement et de protection animale posées avant le 1er tour des présidentielles devrait les faire pencher vers la Nupes. Les 78 fidèles électeurs de Lutte Ouvrière Barbara Géhan (1,02%). Seront probablement au rendez-vous du second tour. Mais tout cela fait une très petite réserve de voix, bien incertaine.

Conclusion

C’est la remobilisation des abstentionnistes contre la candidate gouvernementale qui permettra de composer un Parlement pluriel, avec le poids suffisant pour influer sur les décisions gouvernementales. Une très forte remobilisation à gauche partout en France pourrait même impulser une majorité parlementaire exerçant pleinement sa compétence législative, en capacité de défendre efficacement nos services publics et d’orienter différemment la politique du chef de l’exécutif.
JPEG - 81.8 ko
Pour aller plus loin :
https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/270319-les-cohabitations


Résultat Officiel de la 95-1 sur le site du ministère de l’intérieur

Commentaires