Fin du centre de loisirs Normandie et de son ambition éducative

mercredi 25 mai 2022
par  Bénédicte ARIES
popularité : 100%

C’est par le biais de sa réponse à une question orale des élus du groupe Pontoise Ecologique et Solidaire que la maire de Pontoise a confirmé son intention de ne pas réouvrir le centre de loisirs "Normandie", beau site en bordure de Vexin qui accueillait depuis de nombreuses années les écoliers pontoisiens pendant les congés scolaires.

Mis à part l’argument "les parents le demandent", rien n’est venu justifier de priver nos enfants d’un espace quasi campagnard, partagé avec des compagnons de tous les quartiers de la ville. Ils resteront définitivement cantonnés aux relations de leur quartier, sur le bitume de leur cour d’école pendant un ou deux mois d’été.

La question orale posée par Florence Chambon

Vantant cet espace qui "permettait aux enfants de tous les quartiers de se rencontrer" et leur " offrait de nombreuses possibilités : grande plaine de jeux herbeuse, bois, petites maisonnées par tranches d’âge, scène en pleine air, parties de chasse aux trésors cachés dans les buissons, dans les branches des arbres" Florence Chambon démontrait les inconvénients des centres de loisir sur le site scolaire " où les enfants se rendent déjà 4 jours par semaine" et concluait : "Une fois de plus, l’exigence que nous devons avoir pour que nos enfants grandissent dans les meilleurs conditions semble être sacrifiée au profit d’un intérêt budgétaire."

PDF - 254.7 ko
Texte complet en pièce jointe

La fermeture du centre de loisirs Normandie amenait 3 questions du groupe PES lors du conseil municipal du 19 mai :
- Pouvons-nous avoir les résultats de la consultation des parents ou futurs parents pontoisiens sur la fermeture de cet espace municipal en tant que centre de loisirs ?

- Quel est l’intérêt pour la ville de fermer ce centre de loisirs ?

- Quel est le devenir de cette magnifique infrastructure et de son espace naturel ? Restera-t-elle un espace dont pourra profiter la population ?

Si l’abandon d’un centre de loisirs quasi rural posait question aux élus de PES au conseil municipal du 19 mai, ce sont les réponses de la Ville qui interrogent Pontoise Ensemble .

Consultation sans trace et merci le confinement...

Mme Fromenteil, 1re adjointe en charge des affaires scolaires, a reconnu "je n’ai pas retrouvé les résultats de la concertation". Aucune trace de concertation objective sur tous les groupes scolaires n’étant apportée, peut-on aller jusqu’à la supposer "au doigt mouillé", au détour de tel ou tel conseil d’école ?

L’interdiction de mêler enfants et tranche d’âge a généré une organisation de crise sur chaque école, sans organisation de ramassage. Selon Anne Fromenteil, " à cette occasion nous avons découvert que les parents trouvaient la solution commode". Est-ce la principale ambition éducative de cette ville que d’offrir aux parents des solutions commodes ?

Mme Fromenteil a reconnu du bout des lèvres les qualités du site "Normandie" , "il était verdoyant, mais pas efficient" (...) "les parents avaient des difficultés à emmener leurs enfants de trois ans dans leur espace très pentu".

Elle a ensuite vanté l’agrément des cours d’écoles pontoisiennes ; sans citer d’autre en exemple que celle des Lavandières : celle-ci est effectivement verdoyante, car dans la prolongation du jardin du même nom, et bénéficie de son jardin pédagogique. Anne Fromenteil avait-t-elle si bien conscience de la faiblesse de son argumentaire qu’elle se pressait d’évoquer une amélioration "nous avons un projet de végétalisation des cours de récréation" ?

Le dernier clou sur la clôture du site Normandie était planté avec cette conclusion : les enfants "ne restent pas en permanence" sur site, ". Ils en sortent par exemple, ils vont à la ferme pédagogique" .

Circulez, l’affaire est réglée

Mme Von Euw a complété ces faibles arguments en spécifiant qu’on reverdirait bien les cours d’école mais "sans arbre car les parents n’aiment pas" que leurs enfants buttent sur les racines. La réfection des cours d’école risque-t-elle à ce point d’éviter l’atout majeur des cours “oasis”… qui visent à rendre au quotidien des enfants les bénéfices de la vraie nature : ombrage, oxygénation, variété des niveaux et des espaces ?

Elle a appuyé son adjointe car "tous les enfants regroupés au même endroit", cela faisait trop « usine » selon les retours des parents. Il y avait "perte de repère pour les petits de maternelles" et "séparation des fratries"…

A Pontoise l’idée d’opter pour des centres aérés maternels de proximité en maintenant un centre aéré de campagne pour les primaires a-t-elle au moins été envisagée lors de la consultation avec les parents d’élèves ? Et pourtant même l’éducation nationale prend en compte la différence de besoins des " moins de 6 ans et ceux des 7-12 ans !

La maire en arrivait sur la fin à l’argument imparable : "ce sont des locaux vieillissants nécessitant d’importants travaux" mais "on proposera un devenir pérenne sur ce site qui "reste une zone naturelle du PLU".

"Nous élaborerons un cahier des charges pour attirer une activité qui conviendrait au site, dans ce qu’il est aujourd’hui (...). Dans l’attente dès juillet il y aura probablement une autorisation temporaire d’occupation sur un bâtiment par la Croix Rouge « comme base de repli ». "Différentes pistes d’aménagement" sont explorées selon Mme Von Euw qui "sans trahir de secret," évoque "des pistes de réflexion type centre de formation qui trouveraient place à cet endroit".

Mme la Maire reconnaissant tacitement les raisons financières de cette décision, lançait donc publiquement -mais en fin de conseil et à l’occasion de cette question d’élus minoritaires- un appel à projet pour le site Normandie....

Peut-on entendre la reconnaissance tacite des raisons financières de cet abandon ? C’est en tout cas au détriment du projet éducatif municipal ambitieux qui sous-tendait la lointaine création de ce centre aéré : la volonté de donner aux enfants qui ne partent pas en vacances en cadre de vie agréable, en leur permettant des rencontres au-delà de leur cercle habituel.


Commentaires