Quel bilan éducatif après un premier demi-trimestre d’application de la réforme des rythmes scolaires ??

lundi 17 novembre 2014
par  Bénédicte ARIES
popularité : 49%

Dans une question orale au conseil municipal du 6 novembre 2014, Bénédicte Ariès demandait un point sur l’application à Pontoise de la réforme des rythmes scolaires.

Un bilan complexe à construire

Selon l’adjointe aux affaires scolaires « en accord avec l’Inspecteur académique, un bilan d’étape est en cours. »


Les temps libérés ont été répartis de façon très diverses selon les écoles et un bilan fouillé des effets de chaque répartition sur la fatigue des enfants et leur aptitude aux apprentissages par groupe scolaire et par type de répartition sera particulièrement intéressant à analyser.

Nous rappelons que la moitié environ des groupes scolaires a libéré le vendredi après-midi pour ces activités. Cette option n’a pas allégé le rythme des temps scolaires de la semaine, trop intense pour bon nombre d’enfants spécialement ceux qui ont quelques difficultés d’apprentissage ou de comportement.

Certaines écoles ont opté pour un allègement de la journée d’étude sur deux après-midi (-90 minutes à chaque fois), d’autres sur une seule (séquence de trois heures). Le choix fut souvent identique pour maternelle et primaire alors que les besoins des 3 à 6 ans sont extrêmement différents de ceux des 6-12 ans.

Présentation et choix des activités péri-scolaires ?

Selon l’adjointe aux affaires scolaires, les élèves ont été répartis par groupe classe dans un premier temps et le choix s’est mis en place de façon différente selon les écoles .

Nous comprenons donc que certains enfants vont enfin pouvoir choisir pour ce 2ème demi-trimestre).

Quelles difficultés ?

Il n’y aurait pas vraiment eu de difficulté hors celle du recrutement massif d’animateurs selon l’adjointe aux affaires scolaires. Elle a cependant constaté que pour des raisons pratiques les activités sont plus faciles à mettre en place quand l’école ne compte qu’un seul bâtiment.

Elle a aussi pu détailler que l’intervention des associations (35) a été privilégiée pour les écoles élémentaires. Les associations ont répondu plus favorablement quand il leur était demandé des interventions de trois heures (réparties ou non sur des groupes différents de 90 minutes). Les séquences de 45 minutes sont difficiles à mettre en place car elles ne permettent que 20 minutes environ de réelle activité périscolaire. (ce que les associations expérimentées pressentaient, raison de leur manque d’enthousiasme à déplacer un « spécialiste » pour si peu d’efficacité ) .

Quel taux d’inscription ?

Il est de 74 % des enfants scolarisés sur la ville avec de fortes différentes selon les écoles de 50 % à 93 % aux Maradas. (le détail par école, et les raisons du choix des parents seront intéressants à connaître). Un effet non prévu de l’instauration de la classe le mercredi matin a été l’augmentation de 20 % des inscriptions dans les centres de loisir.

Cette évolution nous parait pourtant logique : beaucoup d’enfants accueillis hors centre de loisir à la journée n’ont eu que ce recours pour une demi-journée. Seuls quelques grands pré-collégiens « responsabilisés » dans leur famille peuvent rester isolés chez eux l’après-midi.

Le Maire a conclu en précisant que cette réforme coûtait cher à la commune mais qu’elle appliquait ce que l’Etat ordonnait. L’intervention des associations revient plus chère que celle des animateurs et il y a eu des dépenses accessoires (matériel, mobilier, etc.). La ville prévoit un budget de 250 000 euros pour 2015 et il s’est félicité que le Premier ministre ait garanti la continuation du fonds d’amorçage de l’Etat sur l’année à venir.

Pontoise Ensemble considère que la construction objective de ce bilan est un enjeu local et ouvre un forum. Les témoignages les plus intéressants pourraient être approfondis pour publication spécifique.

forum ouvert


Commentaires  Forum fermé

Brèves

1er décembre 2016 - Réunion publique le 14/12/2016 : aménagement du stationnement rue Pierre Butin

La mise en place d’un radar a démontré en 2014 que la limitation de vitesse à 30 km/h sur la rue (...)