Penser autrement la cantine

lundi 9 mai 2016
par  Bénédicte ARIES
popularité : 21%

La cantine n’est pas qu’un service rendu aux familles. Partager un repas à la même table c’est partager un moment privilégié avec d’autres qui font des choix alimentaires différents. Pour favoriser ce lien social, certaines villes proposent systématiquement un menu alternatif réellement végétarien chaque jour, accessible à tous les enfants sans qu’ils aient à justifier ce choix. Pour ces collectivités c’est aussi l’occasion d’initier les jeunes à un système alimentaire durable et respectueux de l’environnement.

Le succès de la pétition "pour une alternative végétarienne obligatoire en cantines scolaires" prouve la pertinence d’un telle politique municipale.

Respecter vraiment les goûts et les coutumes

Le respect des coutumes alimentaires des enfants est très limité dans les cantines scolaires françaises. Il n’y a le plus souvent qu’un menu alternatif pour ceux qui refusent de manger du porc certains jours. Or l’obligation de manger "carné" ou "poissonné" écarte de nombreux enfants d’un précieux moment de convivialité quotidien.

Pour leur équilibre nutritionnel il faut bien sûr élaborer et proposer chaque jour un vrai menu végétarien sans se contenter de retirer simplement les protéines animales. Les adultes rencontrent d’ailleurs la même difficulté en restauration collective, même si la situation s’améliore petit à petit.

La proposition systématique d’une menu végétarien alternatif favoriserait le vivre et manger ensemble dans toutes les collectivités et notre société en a bien besoin.

Respecter le climat

La proposition quotidienne d’un menu de substitution végétarien dans les cantines de nos écoles, pour tous ceux qui ne souhaitent pas consommer de chair animale, quel qu’en soit le motif, serait favorable aussi à la lutte contre le réchauffement climatique.

En effet, l’alimentation moderne est de plus en plus "carnée", ce qui est nuisible au climat. C’est ce que prouve une infographie animée de quatre minutes sur le site du Monde]. Elle décrit l’impact de la production de viande sur l’environnement. On pourrait évoquer aussi la désertification des mers du fait de la surpêche et leur empoisonnement par les déchets d’élevage.

Les organisations internationales comme la FAO -Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture- font savoir que l’élevage représente près d’un cinquième des émissions mondiales de gaz à effet de serre et qu’il contribue plus au réchauffement climatique que le secteur des transports !

Le 5e rapport du GIEC -Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat- souligne qu’ une diminution importante de la consommation de viande serait aussi efficace pour protéger le climat que de diviser par deux le parc automobile mondial !

Il est donc grand temps de proposer chaque jour aux petits Pontoisiens un repas végétarien alternatif. Ce serait bon pour le lien social et pour le climat. Espérons que la Ville de Pontoise n’attendra pas une obligation légale pour reconsidérer la question de ses cantines !

La pétition

Cette pétition "pour une alternative végétarienne obligatoire en cantines scolaires" lancée mi-août sur change.org a dépassé les 157 500 signatures. Elle soutient depuis mi-octobre une proposition de Loi.


L’association Pontoise Ensemble célèbre ses dix années d’existence. Tous les citoyens sont les bienvenus le samedi 24 novembre 2018 de 17h00 à 20h00, au Caméléon, place de la Fraternité à Pontoise.