Lutte contre la récidive... Jusqu’où vont-ils aller ?

samedi 21 novembre 2009
par  Didier Peyrat
popularité : 52%

Un débat est en cours à l’Assemblée Nationale sur un nouveau projet de loi "tendant à amoindrir le risque de récidive criminelle". Seule réponse de la droite à la montée de la délinquance (qui signe son échec en matière de lutte contre l’insécurité) : la fuite en avant législative, l’affichage d’un droit hyper répressif... qui écorne les libertés publiques, sans rien changer au fond du problème : la montée des violences dans la société.

Avec ce nouveau projet on glisse d’un droit pénal fondé sur les actes commis à un droit pénal fondé sur la "dangerosité". Les vannes sont ouvertes, et les députés les plus ultra-sécuritaires s’en donnent à coeur joie, à coups d’amendements, pour tenter de radicaliser encore le texte.

Extrait du site de l’assemblée nationale :

ARTICLE ADDITIONNEL
APRÈS L’ARTICLE 8 BIS, insérer l’article suivant :

L’article L. 2211-3 du code général des collectivités territoriales est ainsi modifié :

I. – Après l’avant-dernier alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« Le maire est également informé, à sa demande, par le procureur de la République, de l’installation sur le territoire de sa commune de toute personne condamnée pour viols, agressions sexuelles, actes de barbarie ou tortures. »

NB : cet amendement ne fait pas l’unanimité, même parmi les députés de droite (plusieurs l’ayant publiquement critiqué, de nombreux ayant refusé de le signer). Il revient en effet à prolonger indéfiniment la peine, une fois celle-ci terminée, en prenant le risque d’une sorte de pilori communal.

Parmi les signataires de cet amendement remarqué, en bonne place : Monsieur Philippe Houillon, député-maire de Pontoise.

Question : une fois en possession de telles informations, qu’en fera le maire ? Les gardera-t-il pour lui (mais alors à quoi servent-elles ?), ou seront-t-elles diffusées à certains services (par exemple la Police Municipale) ? Et pourquoi pas, tant qu’on y est, un billet dans le magazine d’information de la ville ? Une lettre aux voisins ? Un affichage sur les panneaux municipaux ? Certes le maire est Officier de Police Judiciaire, mais comment oublier qu’il est aussi , dans de nombreuses villes, un personnage engagé politiquement ?

Cet amendement heurte en tout cas l’un des piliers de notre droit pénal : le droit à l’oubli une fois la sanction exécutée.


Commentaires  Forum fermé

Brèves

1er décembre 2016 - Réunion publique le 14/12/2016 : aménagement du stationnement rue Pierre Butin

La mise en place d’un radar a démontré en 2014 que la limitation de vitesse à 30 km/h sur la rue (...)