Les solutions de nos voisins Européens face à la deuxième vague de Covid-19

dimanche 22 novembre 2020
par  Gérard Bommenel
popularité : 30%

A l’heure ou une deuxième vague de la pandémie nous force à nous re-confiner, beaucoup s’interrogent sur la stratégie de nos gouvernants. Même si ces derniers arguent que tous les pays font plus ou moins la même chose des différences flagrantes, ne serait-ce que de résultats, nous poussent à nous interroger.
Alors que font nos voisins ? Y-a-t-il une stratégie gagnante dont le France pourrait s’inspirer ?

Allemagne : hôpital solide, libre circulation et consignes variées des landers

On pense tout d’abord à l’Allemagne qui a su traverser la première vague avec bien moins de dommages que d’autres. Il est vrai que ce pays bénéficiait d’une infrastructure hospitalière bien plus dense et était suréquipée en lits de réanimation en comparaison avec ses voisins. Son système de santé n’avait pas été soumis à une cure d’amaigrissement drastique au nom du respect de la sacro sainte loi des équilibres budgétaires. Il faut aussi noter que là-bas la santé est une prérogative des régions qui ont un pouvoir beaucoup plus important que chez nous. Cela a permis une réactivité plus forte tenant compte des réalités locales. Mais ce système décentralisé a aussi ses limites lorsqu’il devient difficile de trouver un consensus entre les régions plus volontaristes car plus touchées comme la Bavière et les régions plus épargnées ou les anti-masques sont plus actifs comme la Rhénanie-Westphalie, plus réticentes à des restrictions fortes. Ce qui a entraîné une cacophonie et une compétition aux meilleurs résultats entre les landers.
L’Allemagne applique un confinement partiel qui ne ferme pas les commerces mais limite drastiquement les réunions à l’extérieur à un maximum de 10 personnes. La chancelière n’a cependant pas réussi à rendre obligatoire le port du masque pour tous les enfants de plus de 12 ans dans les Landers où ce n’est pas encore le cas, ni à leur imposer des cours en demi-classe dans les écoles. Parallèlement Angela Merkel prépare avec les régions un plan de vaccination en masse, et les régions préparent toute la logistique nécessaire au vaccin utilisant la technologie ARN qui nécessite une chaîne du froid sans faille.

Belgique : respect du livre, nez et bouche couverts dans les lieux couverts mais couvre-feu

En Belgique, pays très touché par la covid-19, un couvre-feu est instauré de minuit à 5h du matin jusqu’au 13 Décembre. Les belges ne peuvent avoir de contact rapproché qu’avec un seul invité extérieur par foyer. Les rassemblements dans la rue sont limités à 4 personnes maximum à condition de garder au moins 1,5m de distance. Tous les lieux de culture sont aussi fermés à l’exception des bibliothèques. Tous les magasins non essentiels sont fermés et vous ne pouvez pas acheter de l’alcool après 20h. Le télétravail est obligatoire. Le port du masque ou d’une écharpe couvrant le nez et la bouche est obligatoire dans les transports publics, les lieux couverts et les marchés dès 12 ans.

Pays-Bas : libre circulation mais fermeture des bâtiments recevant du public

Les Pays Bas ont été un des premiers pays Européens à avoir mis en place un confinement partiel dès le mois d’octobre, qui fermait les bars et les restaurants Après bien des hésitations ils ont rendu le port du masque obligatoire dans les transports, mais il n’est que recommandé dans les espaces clos recevant du public. La Hollande n’a toutefois pas restreint la circulation des personnes. Ces mesures ont été renforcée mi-novembre en fermant « tous les bâtiments recevant du public et les lieux de rassemblement intérieurs et extérieurs » d’abord pour 2 semaines et maintenant jusqu’à mi-décembre. Ici aussi on pense que la sortie de crise passera obligatoirement par "des vaccinations de masse, des médicaments efficaces, des tests plus nombreux et plus rapides."

Royaume désuni : Gallois confinés, Ecossais interdits de pub et Anglais limités dans leurs rassemblements

Au Royaume-Uni qui est le pays Européen le plus touché et où le gouvernement est décrédibilisé par sa gestion erratique de la première vague, c’est la désunion complète entre les nations qui ont pris des mesures en ordre dispersées. L’Irlande du nord a décidé un quasi confinement dès la mi-octobre alors que l’Ecosse décrétait un couvre feu à partir de 18h et fermait les pubs et les restaurants dans les zones très urbanisées. Le Pays de Galles attendait le 23 octobre pour déclarer un confinement total et fermait alors les commerces non essentiels. En Angleterre le gouvernement a divisé le pays en trois types de zones suivant le risque épidémique. Dans les zones « medium risk », les rassemblements de plus de 6 personnes sont interdits en intérieur comme à l’extérieur et les lieux de restauration doivent rester fermés entre 22h et 5h du matin. Dans les zones « high risk » comme Londres, les rassemblements en intérieur sont interdits entre deux foyers, que ce soit à domicile ou dans un lieu public (restaurants, pubs…). La règle des 6 personnes s’applique pour les rassemblements en extérieur. Il est recommandé de ne pas utiliser les transports en commun. Enfin dans les zones « very high risk », comme Liverpool, les rassemblements en extérieur sont également interdits (hors lieux publics ouverts comme les plages, parcs, forêts…). Certains commerces ou lieux accueillant du public peuvent être fermés. De plus il est recommandé de ne pas voyager vers ou depuis ces zones. Partout le port du masque est obligatoire dans les transports publics.

Espagne : renforcement des frontières internes

En Espagne, la santé est décentralisée dans les régions. Suite aux révoltes de certaines d’entre elles au cours du premier confinement, le gouvernement central a renoncé à imposer des décisions homogènes sur tout le territoire. Depuis septembre tous les voyages non essentiels, notamment touristiques, ne sont plus autorisés. Par ailleurs le pays est astreint à un couvre-feu nocturne de 23 heures à 6 heures du matin sur l’ensemble du territoire à l’exception des îles Canaries. Les régions ont cependant la latitude d’avancer ou de reculer ces horaires d’une heure. Le port du masque est obligatoire pour toute personne de plus de 6 ans, dans les transports publics, dans les espaces publics ou dans les lieux recevant du public, y compris les hôtels et les commerces, mais seulement lorsqu’une distance d’un mètre cinquante ne peut être respectée entre deux personnes. Dix régions appliquent de fortes restrictions de circulation à l’entrée et à la sortie de leur territoire et un confinement plus étroit de certaines zones est parfois appliqué en fonction du niveau d’épidémie.

Italie : masque obligatoire dans les lieux publics et au minimum couvre feu

En Italie, où la aussi la santé est une compétence régionale, celles-ci sont classées en 3 catégories Jaune, Orange, Rouge par le ministère de la santé. Dans toutes les zones le gouvernement a mis en place un couvre-feu de 22h à 5h, prévu jusqu’au 3 décembre. Il a fermé les musées, salles de sport, de spectacles et piscines. Les centres commerciaux sont fermés les week-ends. Les lycées sont aussi fermés et font leurs cours à distance. Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics. Il y est recommandé d’éviter de recevoir des personnes extérieures au foyer avec un maximum de 6 personnes. De plus, dans les zones oranges, les déplacements sont interdits vers et en dehors de ces zones et limités entre les communes. Les restaurants et les bars y sont fermés. Enfin dans les zones rouges tous les commerces qui ne sont pas de première nécessité sont fermés.

On voit donc que face à la recrudescence de l’épidémie certaine mesures sont privilégiées par l’ensemble des gouvernements. Le couvre-feu est fréquent si ce n’est un confinement plus ou moins strict. La limitation des déplacements quotidiens est très variable. Les réunions en espaces publics ou restaurants sont interdites ou limitées à un nombre de personne très restreint. Le port du masque ou équivalent est recommandé partout et souvent obligatoire à partir d’un âge pouvant varier de 6 à 12 ans dans les transports et les espaces publics couverts. Les lieux de culture hors librairies et bibliothèques, les bars, les restaurants et autres pub sont fermés presque partout. La fermeture des établissements secondaires avec cours à distance fait plus débat, d’autant plus lorsque ces décisions sont décentralisées. La stricte limitation des déplacements autour du domicile et l’interdiction des espaces naturels semble une particularité française. Seuls quelques pays imposent des restrictions aux réunions dans les foyers, sans doute par manque de possibilité juridique pour agir dans la sphère privée.
Indicateur combiné : taux de notification sur 14 jours, taux de test et positivité du test, mis à jour le 19 novembre 2020 Source ECDC
Indicateur combiné : taux de notification sur 14 jours, taux de test et positivité du test, mis à jour le 19 novembre 2020 Source ECDC

Il ne semble pas y avoir de lien fort entre ces dispositifs de prévention épidémiques et la gravité de la crise sanitaire dans ces divers pays. La densité urbaine, les variations culturelles de proximité physique, les conditions d’habitats et de travail des classes populaires, la prévalence des maladies de longue durée et la solidité des divers services de santé public semblent bien plus significatifs.

Sources :

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/

Info Coronavirus Belgique

Coronavirus en Allemagne

ECDC Centre européen de prévention et de contrôle des maladies


Commentaires

Brèves

1er décembre 2016 - Réunion publique le 14/12/2016 : aménagement du stationnement rue Pierre Butin

La mise en place d’un radar a démontré en 2014 que la limitation de vitesse à 30 km/h sur la rue (...)