Le sport féminin en débat dans les maisons de quartier

samedi 20 octobre 2018
par  Bénédicte ARIES
popularité : 44%

A l’occasion des événements autour du football organisés par le Théâtre des Arts la deuxième semaine d’octobre, les maisons de quartier des Louvrais et de Marcouville ont organisé avec succès une première soirée ciné-repas-débat commune autour du documentaire "Ladies turn" , avec la participation de la réalisatrice Hélène Harder.

Ce fut l’occasion de constater que partout et quel que soit le niveau des sportives, et quel que soit le sport, il leur était toujours difficile d’accéder aux terrains pour l’entraînement comme pour les compétitions.

Que voilà un bel axe d’action pour les communes et la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, si auto-satisfaites dans leur rapport annuel sur l’égalité femme-homme.

Ciné-repas-débat, une bonne recette

Un film soulève des émotions et des interrogations qui peuvent s’exprimer librement lors de la mise en place du repas et de la dégustation conviviale des mets apportés par tous. Le débat se déroule après de façon plus sereine et approfondie, même s’il traite de sujets délicats.

Une première réussie

Si la Maison de quartier des Louvrais est coutumière de ces actions en trois étapes, c’est la première fois qu’elle venait en cortège pour partager l’expérience à la Maison de quartier de Marcouville.

Plus de trente personnes de tous âges et de toute culture de ces deux quartiers dit "prioritaires" ont partagé ce moment de convivialité et de réflexion. Le départ des Louvrais et le retour pouvait se faire en convoi, ce qui rassurait les parents qui n’avaient pas désiré accompagner leurs jeunes. La plus jeune participante n’avait que quelques mois et la maman accompagnait ses jeunes aînés. Les seniors étaient moins nombreuses que les adolescent-e-s.

Le film

"Ladies turn" que l’on peut traduire comme "au tour des femmes" ou "la tournée des femmes" est un documentaire d’Hélène Harder de 2012 qui n’a pas pris une ride. Remarqué dans de nombreux festivals internationaux et souvent porté par le public, ce film accompagne toujours activement le travail de l’association Ladies Turn au Sénégal.

L’organisation de ce tournoi de football féminin au coeur des villes, et non pas à l’abri des stades et des regards comme la compétition officielle, représente un grand défi pour les filles des quartiers populaires et des villages du Sénégal. Envahir ainsi l’espace public, comme seuls le font les garçons puis les hommes, c’est braver tabous et préjugés pour la passion du sport. En s’appuyant sur la magie du football, c’est l’histoire d’un combat et des solidarités qui en découlent que raconte le film.

Le débat

Hélène Harder et la directrice de la maison de quartier de Marcouville se sont partagé l’animation du débat qui a permis d’ébranler un peu l’épaisse bonne conscience des jeunes garçons. Ils étaient très convaincus au départ que c’était l’excellence masculine dans ce sport qui justifiait leur prééminence pour l’occupation des places et des stades. Les filles argumentaient avec raison que s’il y avait égalité au départ, le niveau ne pouvait pas monter quand on ne pouvait pas s’entraîner !

Avec son expérience de multiples rencontres et témoignages, Hélène Harder a révélé que quel que soit le sport et le niveau, c’est "dans tous les pays et à tous les niveaux d’excellence que ce problème d’accès équitable aux espaces d’entraînement et de compétition se pose". Ce que les jeunes footballeuses locales ont confirmé : depuis cette rentrée elles ont été chassées le mercredi de leur terrain habituel aux Maradas par une équipe étudiante et masculine et elles ont été déplacées sur le terrain de rugby. Et elles n’ont jamais vu de compétition féminine au magnifique stade Salif Keita de Cergy !

La situation évolue en France pour le football féminin : il arrive enfin sur nos écrans de télévision, même si on le sait encore trop peu malgré ce nouveau site 100% foot féminin qui répertorie les matches. Et depuis 2014 une femme entraîne une équipe professionnelle masculine. Elle n’est plus seule à le faire en 2018.

JPEG - 235.8 ko

La balle est dans le camp de...

Au-delà du football, il reste bien des pesanteurs sociologiques à lever pour que les femmes aient réellement la possibilité de pratiquer le sport qu’elles désirent à l’intensité qu’elles souhaitent. Mais puisque ce sont les collectivités territoriales qui aménagent les espaces publics et gèrent les équipements sportifs, c’est à elles de réaliser que l’inégalité d’accès aux équipements n’est plus acceptable.

Comme depuis 2016, communes et communauté d’agglomération sont astreintes chaque année à la présentation d’un rapport sur leur politique de promotion de l’égalité femme-homme, nous leur suggérons cette piste d’action valorisante à souhait.

pour aller plus loin :

la version 52 mn de ce film sur Arte replay : http://www.documentaires-streaming....
on peut contacter les joueuses et la réalisatrice par la page facebook du film et de l’association Ladies Turn

un article du Nouvel observateur sur l’inégalité de genre dans le sport : https://www.nouvelobs.com/societe/2...


Commentaires

Brèves

1er août 2016 - Pontoise Ensemble - Facebook - twitter

Rejoignez nous sur Facebook : Asso PontoisEnsemble
twitter : @pontoisensemble

2014 - twitter

Tweets de @pontoisensemble !function(d,s,id)var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(

L’association Pontoise Ensemble célèbre ses dix années d’existence. Tous les citoyens sont les bienvenus le samedi 24 novembre 2018 de 17h00 à 20h00, au Caméléon, place de la Fraternité à Pontoise.