L’interruption de grossesse menacée

lundi 30 novembre 2009
par  Dominique Damour
popularité : 15%

RIEN N’EST JAMAIS ACQUIS , RESTONS VIGILANTS

Des femmes et des hommes ont lutté pour obtenir des droits, ils avaient vécu ou avaient été confrontés à des situations dramatiques avant la légalisation sur la contraception et l’interruption volontaire de grossesse.

Ces droits sont menacés de façon insidieuse, un peu plus chaque jour.

La loi "Hôpital Patients Santé Territoires"(dite loi Bachelot) accélère la logique de
rentabilité à l’hôpital.
Elle impose aux établissements hospitaliers : restructurations, fusions,
regroupements... Son objectif : diminuer les dépenses à tout prix,
travailler plus avec moins de personnel...

Une des conséquences de cette politique est le démantèlement des structures qui pratiquent les
interruptions volontaires de grossesse. Rien n’a été fait pour le maintien
de cette activité malgré les affirmations des pouvoirs publics.

Il s’agit d’une atteinte grave à l’obligation d’organiser l’accès en
matière d’avortement à l’hôpital public, une remise en cause de la qualité
des soins : les délais d’attente augmentent, des mineures et des étrangères sans titre de séjour sont confrontées à des refus déguisés liés aux difficultés qu’elles doivent franchir ...

Les quota d’IVG,
la sectorisation et les fermetures de structures sont la traduction concrète de
cette politique pour les usagères.

Mais ne nous y trompons pas,


ce processus de dégradation répond autant à des objectifs idéologiques qu’économiques.

L’hôpital de Pontoise glisse vers cette logique. Voici l’exemple de cette adolescente qui, ayant déjà tardé, vient demander un rendez vous, on lui dit : "à cette date vous devrait passer au bloc opératoire."... "pas avant trois semaines !!!"

C’est la liberté des femmes de décider d’avoir ou non des
enfants qui est remise en cause.

L’Association nationale des centres d’interruption de grossesse et de
contraception (Ancic), la Coordination des associations pour le droit à
l’avortement et à la contraception (Cadac) et le Planning Familial lancent une
pétition nationale pour la défense des structures pratiquant les avortements.
*Parce que l’avortement est un droit humain fondamental, nous demandons le maintien des structures existantes et l’ouverture de nouveaux lieux dédiés à l’avortement, pour une véritable égalité d’accès pour toutes par une offre
de proximité partout en France.*

Signez et faites circuler la pétition.

http://orta.dynalias.org/petition-structures-ivg/home


Commentaires  Forum fermé

Brèves

1er décembre 2016 - Réunion publique le 14/12/2016 : aménagement du stationnement rue Pierre Butin

La mise en place d’un radar a démontré en 2014 que la limitation de vitesse à 30 km/h sur la rue (...)

L’association Pontoise Ensemble célèbre ses dix années d’existence. Tous les citoyens sont les bienvenus le samedi 24 novembre 2018 de 17h00 à 20h00, au Caméléon, place de la Fraternité à Pontoise.