Echos du CM du 28 juin 2018

jeudi 26 juillet 2018
par  Bénédicte ARIES
popularité : 45%

Les décisions budgétaires ont suivi leur cours rituel et ce conseil d’avant l’été a été surtout celui de la nomination d’un nouvel adjoint aux travaux .

Deux questions orales posées par les élus minoritaires ont animé la fin de la soirée : l’une interrogeait sur le diagnostic de la couverture médicale à Pontoise et l’autre sur la lutte contre les incivilités de stationnement..

Election ou nomination à un poste d’adjoint ?

De même qu’un maire est théoriquement élu par l’ensemble du conseil municipal lors du conseil d’installation et propose ensuite ses adjoints à l’élection, le remplacement d’un adjoint est effectué sur proposition du maire : il propose, la majorité vote pour, la minorité n’ayant aucun pouvoir s’abstient.

Jean-Luc Maire, le meilleur adjoint aux Travaux qu’ait connu la Ville depuis de longues années, étant décédé récemment, c’est Emmanuel Pezet qui prendra sa suite. Ce dernier a déjà été adjoint quoique pas aux travaux. Il est depuis le première mandature Houillon vice-président à l’agglomération de Cergy-Pontoise et Président du Syndicat intercommunal de la Région de Pontoise pour la collecte et le traitement des eaux . Nous aurons donc un adjoint rodé quoique très occupé pour finir ce mandat.

Les travaux

Le rempart de la roseraie sur le boulevard Jean Jaurès est encore loin d’être remis en état . Après études, le conseil a voté des demandes de financement. L’été se passera donc sans accès à la terrasse basse du jardin de la mairie.

L’épisode de pluies quasi tropicales de fin de printemps a mis falaises, murs de soutaînement et remparts à rude épreuve dans la commune. Ainsi une partie de falaise nue qui surplombe le parc des Larris s’est éboulée. Cela ne met pas encore en péril les immeubles qui le surplombent mais c’est une falaise à surveiller et à entretenir .

Poursuite des étapes budgétaires

Ce dernier conseil de l’été est celui de l’ affectation du résultat de l’exercice 2017 et du vote du budget supplémentaire 2018 qui intègre l’utilisation de ces sommes. Comme d’habitude, les détails de ces délibérations sont consultables sur le site de la Ville et les élus minoritaires ne se prononcent pas sur ces décisions auxquelles ils ne sont en rien associées.

Les actions dans les quartiers prioritaires

Le contrat de ville a été signé par l’agglomération pour neuf quartiers dit « prioritaires » (QPV) sur sept communes en 2015. A ce titre un rapport annuel d’utilisation de la dotation solidarité urbaine (DSU- FSRIF est présenté en conseil municipal . Les sommes qui sont affectées à ce titre aux communes par l’Etat doivent lui être justifiées. De même les bailleurs sociaux de ces quartiers doivent rendrent compte de l’utilisation qu’ils font de la diminution de la taxe foncière (TFPB) qui leur est concédée depuis trois ans.

Les sommes « ristournées doivent être consacrées à améliorer le cadre de vie des habitants, à favoriser la cohésion sociale et à assurer le développement social des quartiers. C’est à ce titre que les bailleurs sociaux peuvent aider à financer les fêtes de quartier, faciliter par le prêt de locaux pour les activités associatives ou le soutien scolaire ou les jardins partagés.

Les projets d’urbanisme

La définition du projet d’ensemble du verger pédagogique des Vaugeroux a été validée par le conseil ainsi que les conditions d’un appel à projet. (Celui-ci est consultable sur le site de la Ville).

La ville est demanderesse de compétences multiples : les unes pour choisir et planter des arbres, d’autres pour entretenir et récolter les fruits et les dernières pour mener des animations pédagogiques et accueillir le public lors d’événements.

Il reste cependant douteux qu’un projet agricole puisse être viable sur une si petite parcelle alors que l’agrandissement annoncé reste soumis à la mise en vente des parcelles voisines. Bénédicte Ariès a suggéré de réfléchir à un verger-potager plus qu’à un verger classique, car selon elle « l’agriculture du 21e siècle sera agroforestière « . On peut prendre comme exemple le système de l’oasis qui cultive ensemble fruits, légumes et plantes condimentaires.

Question sur le diagnostic de la couverture médicale à Pontoise

Monsieur le Maire a répondu à Solveig Hurard que l’Agence régionale de Santé (ARS) et l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) ne pouvaient pas encore rédiger un diagnostic complet. Cependant le constat était bien que la population de médecin généraliste est vieillissante, et que les jeunes médecins refusent le travail en libéral, en isolé, et sont demandeurs d’allègement de leur charge administrative. S’il n’y a pas encore de manque sur l’ensemble de la ville de Pontoise, la demande de proximité est forte au niveau des quartiers. Et celui des Louvrais subit la fermeture récente d’un cabinet.

La municipalité envisage d’aider à la mise en place d’une maison médicale de santé, regroupant des médecins libéraux dans un lieu à trouver alors que le groupe Pontoise à gauche vraiment demande que soit étudié la création d’un centre municipal de santé qui serait susceptible d’assumer une politique municipale de santé plus préventive.

A François Ernst, qui avait demandé par courrier la position du directeur de l’hôpital qui se félicite dans la presse de l’installation d’une maison de santé dans l’enceinte de l’hôpital pour soulager les urgences, le Maire a précisé que celui-ci n’avait pas encore demandé l’évaluation des domaines pour les locaux envisagés.

Question sur les incivilités de stationnement

Monsieur le Maire a répondu à Bénédicte Ariès que la Ville ne combattait pas si mal les véhicules gênants ou abandonnés puisque 91 mises en fourrière avaient été réalisées dans les douze derniers mois.

Il a affirmé que les procédures étaient bien plus complexes sur terrain privé que sur domaine public et que la Ville ne pouvait intervenir sur les parkings des bailleurs sociaux que sur réquisition du bailleur spécifique à chaque véhicule et ce qu’ils tardent à faire.

Enfin à sa demande de soutien aux locataires des grands ensembles pour obtenir plus de réactivité de leurs bailleurs pour les voitures ventouses et l’hygiène des parties communes, le Maire a souligné qu’il existait des rapports de droits entre locataires et bailleurs et qu’il fallait parfois que les premiers en arrivent à demander l’aide de la justice.


Commentaires

Brèves

6 octobre 2017 - Politique. Le dispositif « Voisins vigilants » a fait débat à Pontoise

Les "voisins vigilants" ont monopolisé les débats au cours du dernier conseil municipal. Vous (...)

12 décembre 2016 -  Prochain Conseil municipal le jeudi 26 Janvier 2017

Le prochain conseil municipal aura lieu le jeudi 26 Janvier 2017 à 20h30 à l’Hôtel de (...)

L’association Pontoise Ensemble célèbre ses dix années d’existence. Tous les citoyens sont les bienvenus le samedi 24 novembre 2018 de 17h00 à 20h00, au Caméléon, place de la Fraternité à Pontoise.