Demande de grâce pour Jacqueline Sauvage

mercredi 20 janvier 2016
par  Bénédicte ARIES
popularité : 22%

Quand la Justice se fourvoie, il ne reste que le recours à la grâce présidentielle, vestige de l’ancien régime.

C’était jugé à Blois, ç’aurait pu être à Pontoise...

Une pétition soutient la demande de grâce pour Mme Jacqueline Sauvage, 68 ans, condamnée en appel à dix ans ferme pour avoir tué son mari mettant fin à 47 ans de maltraitances gravissimes sur elle et ses enfants.

Des victimes qui ne comptent pas

En 2014, 134 femmes sont décédées sous les coups de leur conjoint. La société dans son ensemble est responsable et complice de ces drames, complice du silence et de l’omerta a régné et règne encore autour des violences intrafamiliales.

Comment personne n’a t-il pu voir ce que vivait la famille de Mme Sauvage ? Le silence et l’immobilisme de toutes les instances qui composent notre société (les voisins, les services sociaux, l’école ... ) sont coupables de non-assistance à personnes en danger. Et c’est la même société qui refuse l’argument de légitime défense au sursaut qui a mis fin pour Mme Jacqueline Sauvage à 47 ans de violences conjugales destructrices, ayant abouti la veille au suicide de son fils..

Soutenir les victimes avant le drame

Preuve est faite qu’en 2016 Les victimes de la violence "ordinaire" (qui va jusqu’au viol) au sein de la famille sont les grandes bâillonnées : elles sont encore peu entendues, peu prises en compte, peu protégées. Ces mêmes victimes sont lourdement punies quand elles se rebellent.

Trop rares et mal soutenues sont les associations qui se préoccupent de les aider. A Cergy-Pontoise il y heureusement l’association Du côté des femmes. Trop rares aussi sont les maires qui veillent à utiliser leur pouvoir de police pour signifier au violent que leurs victimes familiales sont défendues par la société.

Soutenir la demande de grâce
La demande de grâce Présidentielle envoyée fin décembre était appuyée par les premières 220 000 signatures et commentaires laissés sur le site change.org, ainsi que la pétition lancée par Madame Valérie Boyer, parlementaire, qui a réuni à elle seule 36 politiciens.

Devant le manque de réponse mi-janvier, il est toujours temps de signer la pétition de soutien