Covid 19 et personnes âgées : le choix du patient

mercredi 10 mars 2021
par  Bénédicte ARIES
popularité : 46%

Une vingtaine de participants ont suivi la web-conférence du cycle « Touche pas à nos vieux » organisée à l’université de Nanterre. Elle questionnait deux praticiens hospitaliers sur l’impact de la crise covid-19 sur les personnes âgées sous l’angle du respect de leurs droits .

Ils ont débattu du dispositif des directives anticipées : donne-t-il au patient même âgé le droit de choisir comment et jusqu’à quel point il veut être soigné ?

Les directives anticipées

A l’hôpital et l’Ehpad, le choix du patient se pose en termes de directives anticipés autant qu’en écoute au fil du séjour. La loi prévoit depuis quelques années que « Toute personne majeure peut, si elle le souhaite, faire une déclaration écrite appelée directives anticipées pour préciser ses souhaits concernant sa fin de vie. Ce document aidera les médecins, le moment venu, à prendre leurs décisions sur les soins à donner, si la personne ne peut plus exprimer ses volontés » (site gouvernemental).

JPEG - 16.6 ko Cependant selon Olivier Lesieur les éventuelles directives anticipées « ne doivent pas déresponsabiliser le soignant ». De plus les gériatres constatent que « 51% des personnes âgées ne souhaite pas en rédiger et s’en remettent à l’entourage et au docteur ». Pour Sara Piazza leur "seul intérêt c’est pour les maladies neurodégénératives, très prédisables… C’est trop difficile de se projeter dans un moment de risque vital : c’est pour cela que les gens ne les remplissent pas… » Elle poursuit : c’est « très différent pour la question (de désignation) de la personne de confiance, celle avec qui on a déjà un peu échangé sur ce sujet… »

Entendre vraiment le choix du patient

Pour Sara Piazza « la problématique devrait être intégrée dès le début des soins curatifs », la question de la réanimation et du soin palliatif doit rester posée… « Passer en soin palliatifs ça a des effets sur l’attitude des patients : un vécu de condamnation par le patient mais aussi son entourage et ses soignants… ». « il faut s’intéresser « à la globalité du sujet, ce qu’il est, ce qu’il veut ». L’exemple éclairant de deux personnes atteintes par la maladie de Charcot prouve selon Olivier Lesieur qu’ il n’y a « pas de lien entre l’importance du handicap et la qualité de vie ressentie : Stephen Hawking (scientifique de renom), aurait pris les deux ans de vie supplémentaire, mais Anne Bert (auteure) a souhaité mettre fin son existence. C’était la même maladie. »

La diapositive 22 d’Olivier Lesieur propose le tableau à afficher au pied du lit du patient qui est utilisé en Charente. Il permet de visualiser ses choix de soin dans divers cas : « un jour si je suis gravement malade, je décide…. ». Nos deux intervenants alertaient sur le fait que décider l’arrêt des traitements de soins curatifs ne devait pas interrompre « les traitements actifs de confort et d’hygiène » qualifiés dans le tableau « de soins d’hygiène et bien être ».

Quelles discriminations en fonction de l’âge ?

On parle d’âgisme pour désigner toutes les discriminations liées à l’âge. Par exemple, dans le monde professionnel la vieillesse commence dès 45 ans…avec moins d’accès à la formation. L’âgisme est pourtant l’un des préjudices les moins reconnus.
Olivier Lesieur indiquait que selon l’Observatoire européen de l’âgisme, l’âge n’est pas vraiment « pris en compte dans la formation des professionnels de santé » et pénalise « l’accès à la prévention, le dépistage des cancer de la sénescence, l’accès à la réadaptation après un AVC, l’inclusion dans les essais thérapeutiques même si le médicament étudié est à destination des personnes âgées » !

Avant même cette crise sanitaire, une conférence précédente du cycle « Touche pas à nos vieux », abordait les dénis de droit des personnes âgées, en ville comme en institution. Une avocate auditrice y avait témoigné qu’elle plaidait de plus en plus contre des refus d’acceptation des choix de la personne âgée par l’institution hospitalière ou l’Ehpad, notamment en occultant la parole de la personne de confiance désignée..

Une politique de santé type Titanic

Olivier Lesieur terminait sa présentation de l’impact de la crise sanitaire sur l’accès à la réanimation des personnes âgées avec une projection démographique sur le nombre de personnes très âgées dans la population en 2070 par rapport à celle de 2013 : l’augmentation de personnes des deux sexes nonagénaires et au-delà, sera très forte.

Il a prôné un « âgisme bienveillant en réanimation » où « la discrimination fait place au discernement ». Cela réclamerait de préparer cette évolution démographique. Mais il constatait qu’à l’inverse des plans de santé 2022, nous allons à l’heure actuelle en France vers « moins d’hôpitaux, moins de personnels ».

Soulignant la différence d’attitude vis –à-vis des soignants du Covid 19 entre début et fin 2020 avec la « fin des applaudissements, la fin des cadeaux » Olivier Lesieur a regretté la politique vaccinale : « c’est ballot, on sait gérer des listes d’attentes pour les greffes d’organes, on aurait pu faire pareil pour les vaccins ».

Il a conclu le débat en déclarant : la vraie question de politique sanitaire, « c’est celle du Titanic : pourquoi aussi peu de canots de sauvetage et de personnel à bord sachant accompagner l’évacuation ? »

Pour aller plus loin

L’Observatoire de l’âgisme collectif rassemblant associations, médias, chercheurs, personnalités désireux de réfléchir aux discriminations liées à l’âge (âgisme) afin de mieux lutter contre. http://www.agisme.fr/

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a montré en 2016 que les attitudes négatives ou âgistes à l’égard des personnes âgées s’observent partout. Plus de 83 000 personnes dans 57 pays ont participé à cette enquête qui évaluait les attitudes à l’égard des personnes âgées dans tous les groupes d’âge. Soulignons qu’on y retrouvait le plus faible niveau de respect des personnes âgées dans les pays à revenu élevé. https://www.who.int/ageing/about/fighting_stereotypes/fr/


Commentaires

Brèves

1er août 2016 - Pontoise Ensemble - Facebook - twitter

Rejoignez nous sur Facebook : Asso PontoisEnsemble
twitter : @pontoisensemble

2014 - twitter

Tweets de @pontoisensemble !function(d,s,id)var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(