10 ans, et après ? La santé publique en question

samedi 8 décembre 2018
par  Patrick Madelin
popularité : 42%

L’accès aux premiers soins devient problématique à Pontoise avec, dans le Val d’Oise comme dans toute l’Île de France, une moyenne de médecins généralistes inférieure à la moyenne nationale. Dans le Quizz préparé par Pontoise Ensemble pour la soirée du 24 novembre, l’une des thématiques débattues portait sur la santé.

Les échanges de la réunion ont constaté une situation dégradée et débattu des priorités à donner pour mener une politique active de santé à Pontoise.

Quel délai d’attente pour un rendez-vous de médecin généraliste ?

Cette question lançait le thème santé et proposait de choisir entre 3 réponses 4, 8 et 16 jours d’attente.

Selon l’étude publiée en mars 2018 par l’Observatoire Régional de Santé (ors-idf.org), l’Île de France a perdu 18,7% de médecins praticiens généralistes entre 2007 et 2016. Cette baisse devrait se poursuivre jusqu’en 2025. Le délai d’attente était en moyenne de 8 jours en 2017. Il était de 4 jours en 2012. Le risque est de voir les patients renoncer aux soins ou recourir de manière injustifiée aux services de l’hôpital. La situation est pire pour les délais de consultation d’un spécialiste avec une moyenne de 61 jours. C’est 64 jours pour un dermato, 68 pour un gynéco, avec au palmarès un délai de 117 jours pour un ophtalmo.

Les avis des participants convergeaient sur le diagnostic. « La situation s’est nettement aggravée ces dernières années et c’est inquiétant ». « Les médecins ancienne génération se rendaient aux domiciles des personnes âgées, ce que ne veut plus faire la nouvelle génération ; il faut donc mettre en place des endroits où les jeunes praticiens pourront mieux s’organiser ». « Des médecins refusent d’accepter de nouveaux clients. D’autres ne sont accessibles que par internet ou un long appel téléphonique ».« Nombre de médecins veulent des horaires plus souples et les Maisons de santé sont des moyens pour les faire venir ». « Cela devient un problème de démographie médicale : Il faut donner aux médecins l’envie de s’installer ».

On sait que la fermeture récente du cabinet médical des Louvrais est mal acceptée par les habitants. Ce sujet a déjà fait l’objet d’une interrogation publique d’élus minoritaires en Conseil municipal le 28 juin 2018 qui s’informait sur les résultats des travaux de la commission créée par le Maire pour donner suite à une pétition signée par des pontoisiens.

Quelles sont les actions prioritaires à mener à Pontoise ?

Le questionnaire de Pontoise Ensemble demandait de classer les actions à mener pour une politique de santé, par ordre d’importance :

  1. Permettre un accès aux premiers soins de qualité pour tous ;
  2. Mener de l’enfance au grand âge des actions de prévention au cœur de la ville ;
  3. Lutter contre la limitation des moyens de l’hôpital public ;
  4. Informer et prendre des initiatives sur tout ce qui impacte la santé ;

Le graphique des réponses est particulièrement instructif.

JPEG - 107.6 ko

Sans surprise, la priorité est donnée à l’accès pour tous aux premiers soins de qualité. « Les urgences sont une solution à Pontoise mais elles sont engorgées. Cela mérite d’être largement creusé, notamment via les Maisons médicales ». « Pontoise n’est pas un désert médical », « le généraliste n’est pas la solution unique ».

On comprend mieux avec ces commentaires pourquoi les actions de prévention viennent avant la lutte contre la limitation des moyens de l’hôpital public. C’est qu’avant la maladie qui réclame des soins, il y a le mode de vie et d’alimentation ainsi que les pratiques d’hygiène. Ce sont selon l’OMS les premières de ces actions qui préviennent le surpoids, le diabète et les maladies chroniques, et les secondes qui limitent les infections et les épidémies. Et c’est là la marge de manœuvre d’une ville qui décide de mener activement une politique de santé.

Des campagnes d’information sur les pratiques alimentaires et les activités physiques ; des interventions en milieu scolaire de professionnels sur les gestes de santé ; des ateliers santé-ville dédiés aux risques de santé spécifiques de l’enfance et de la jeunesse, de la maturité et du grand âge ; le choix de l’alimentation biologique et moins carnée dans les cantines et le portage de repas. L’ensemble de ces actions peut être porté par une Ville, avant même le relais actif de campagnes nationales de dépistage du cancer, de prévention du sida, de vaccination, de collecte de sang.

Le thème de la santé à Pontoise va bien au-delà de la polémique « maison (privée) ou centre (municipal) de santé ». L’élaboration d’un Plan municipal de santé, associant les professionnels et les partenaires concernés par la prévention, pourrait être un cadre structurant de multiples actions améliorant la santé de chacun dans notre ville.

Pour en savoir plus lisez l’article de Pontoise Ensemble - QO sur la couverture médicale à Pontoise


Commentaires

Brèves

1er décembre 2016 - Réunion publique le 14/12/2016 : aménagement du stationnement rue Pierre Butin

La mise en place d’un radar a démontré en 2014 que la limitation de vitesse à 30 km/h sur la rue (...)