Signez la pétition pour améliorer la qualité des cantines de la ville de Pontoise lancée par l’Association Coordination de Pontoise Regroupement de l’ensemble des écoles de la ville de Pontoise

dimanche 13 janvier

En 2019 la ville de Pontoise relance le marché pour l’ensemble des cantines scolaires de la ville de Pontoise. La marie est actuellement en train de rédiger le dossier de consultation pour lancer un nouvel appel d’offre pour le choix du prestataire des cantines scolaires. Il y a urgence car il y a eu peu ou pas de consultation des parents d’élève et les remarques ne sont pas prisent en comptes.

Association Coordination de Pontoise
Regroupement de l’ensemble des écoles de la ville de Pontoise

coordinationpontoise@gmail.com

SIGNEZ LA PETITION !

CANTINE SCOLAIRE

Tous les petits pontoisiens méritent une alimentation équilibrée et préparée en toute confiance pour le respect de leur santé et de l’environnement.

A l’attention de Monsieur Le Maire,

L’association « La coordination » réunissant des parents d’élèves élus de la ville de Pontoise lance une pétition pour offrir à nos enfants une assiette choisie, une assiette plus saine.

Le lancement d’un appel d’offre pour le renouvellement du prestataire de restauration scolaire pour juillet 2019 (pour une durée de 3 ans) et l’approche des élections municipales de 2020 nous poussent à mettre les pieds dans le plat !

Pour que les repas à l’école soient des moments de plaisir, d’éducation au goût, d’intégration, de convivialité et d’exemplarité pour tous nos enfants, sans risque pour leur santé nous demandons que la mairie de Pontoise :

1. Proposer exclusivement des produits de saison.

2. Augmenter significativement la part des produits bio, des produits locaux et des produits label rouge fermiers.

3. Poursuive la lutte contre le gaspillage alimentaire et la réduction des déchets

4. Supprime définitivement les contenants en plastique par des contenants inox ou céramique.
Les contenants plastiques qui sont réchauffés sont une aberration sanitaire et une bombe à
retardement pour la santé de nos enfants :
• L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), le Réseau Environnement Santé, l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) : tous nous alertent sur les dangers de santé publique, sur les risques relatifs aux perturbateurs endocriniens liés à l’utilisation du plastique en contact avec les aliments. (1)

• A ce propos la région Ile-de-France a adhéré le 22 novembre dernier à la charte Villes et Territoires « sans perturbateurs endocriniens ». Elle demande aux collectivités bénéficiaires d’aides régionales liées notamment à la petite enfance de respecter 5 engagements de principe, en faveur de l’environnement et de la santé des Franciliens. (2)

5. Proposer quotidiennement le choix entre plusieurs menus équilibrés :

Menus avec viande ou sans viande à savoir une alternative végétarienne quotidienne :
• L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (ANSES), GREENPEACE constatent qu’entre 2 et 6 fois trop de protéines sont servies dans les cantines scolaires. (3) Or cette surconsommation de protéines animales a des conséquences désastreuses sur la santé de nos enfants mais aussi sur l’environnement et les animaux.

• L’ANSES recommande, pour un enfant de 25 kg, des portions d’environs
22 grammes par jour. (4)

6. Proposer des menus pour les enfants souffrant d’allergie ou d’intolérance faisant l’objet d’un PAI avec le maintien des grilles de tarifs actuelles.

En votre qualité de pouvoirs publics il vous appartient d’appliquer un principe de précaution et ainsi d’étudier sans attendre des solutions alternatives pour la préparation et le service des repas.

Le changement des habitudes passe par l’éducation à l’alimentation de nos enfants dès le plus jeune âge et la cantine y joue un rôle crucial.

Nous ne pouvons pas attendre la mise en œuvre de la loi Agriculture et Alimentation à l’horizon 2025 concernant l’utilisation du plastique. Il nous faut également aller plus loin en termes de gestion de nos déchets et de la qualité de l’alimentation.

Des villes ont déjà pris les devants et ouverts la voie vers des cantines sans plastiques : Bordeaux, Strasbourg, Montpellier, les Sables d’Olonne. (5)

D’autres ont également démontré qu’il est possible de proposer essentiellement des produits locaux et bio, ou de limiter les protéines animales en proposant de vrais repas végétariens : Lille, Limoges, Pau, Saint Etienne… (6) Bien manger, en toute sécurité, et faire bien manger n’est finalement qu’une question de volonté politique !

SIGNEZ LA PETITION !



Toutes les brèves du site