mardi 19 février 2019
par  Bénédicte ARIES

Une pétition pour améliorer les cantines à Pontoise

Les parents d’élèves élus aux divers conseils d’école se sont réunis en coordination pour mener ensemble une action pour "Améliorer la qualité des cantines scolaires de Pontoise". C’est le moment car le contrat du prestataire est à renouveler bientôt.

Cette pétition papier et sur le site mes opinions.com est adressée au maire. L’étude de son argumentaire ouvre de belles pistes d’action sur ce "petit" sujet tellement important dans la vie de nos enfants.

SIGNEZ LA PETITION Améliorer la qualité des cantines scolaires de Pontoise

Agir sur la cantine scolaire c’est agir pour la santé

Les attentes sociales ont beaucoup évolué autour des cantines scolaires. C’est qu’il ne s’agit plus de nourrir les enfants pauvres dont on soupçonne qu’il n’y a pas assez à manger chez eux puisque les deux parents sont obligés de travailler ! La société de pénurie d’après la 3e guerre mondiale est devenue une société de pléthore alimentaire avec beaucoup de protéines animales et beaucoup de sucres, qu’on ne débusque pas toujours facilement. L’alimentation collective ne fait que suivre cette tendance, dont on commence seulement à mesurer les effets pervers.

Surabondance de protéines et de sucres

JPEG - 23.5 ko Les autorités nationales et internationales de santé se préoccupent de l’épidémie d’obésité infantile, précurseure de diabète et d’autres pathologies lourdes. Ainsi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses) recommande, pour un enfant de 25 kg, des portions d’environs 22 grammes de protéines par jour. Malgré la présence de nutritionniste dans la composition des menus on constate qu’un menu courant de maternelle contribuera à faire dépasser cette quantité quotidienne quand le midi propose comme le 13 février une entrée fromagée, une viande et un fromage.

L’Anses a précisé suite à l’actualisation du programme national nutrition santé (PNNS) qu’il est important de limiter l’apport en sucre, et de privilégier les aliments à faible index glycémique. On est encore loin du compte quand les yaourts sont présucrés, et que les goûters complètent une viennoiserie (index glycémique +++) par une compote même allégée en sucre ! Sur France 2 Béatrice de Reynal, nutritionniste, a différencié la purée en flocons et la purée faite maison. Les flocons contiennent des glucides simples, alors que la purée faire maison est "plus riche en sucres complexes, ces glucides que l’on assimile doucement et qui donnent de l’énergie petit à petit". Ces flocons sont fréquents dans les soupes qu’ils épaississent.

Les aliments trop transformés, flatteurs au goût mais peu nourrissants

L’Inserm a fait valoir récemment l’impact sanitaire de 10% d’aliments ultra-transformé sur la santé (UAT), repérés par les études à long terme de la cohorte Nutrinet-Santé. On décèle encore trop souvent ces aliments (plus de 5 composants) dans les menus. Ainsi si une compote de fruits avec seulement du sucre ajouté est considérée comme « aliment transformé », les desserts aux fruits aromatisés avec du sucre ajouté, les crèmes desserts avec agents texturants et parfois colorants, les barres de chocolat, sont considérés comme des « aliments ultra-transformés ».

On déniche aussi ces UAT dans les desserts mais surtout dans les goûters bien rangés dans un emballage individuel plastique, (barquette de confiture) ce qui ouvre une autre question de qualité car les composants du plastique migrent un peu vers l’aliment, même sans chauffage.

Changer les plats de réchauffage.

Ce qui arrive dans l’assiette de nos enfants a été cuisiné ailleurs et doit être réchauffé avant de leur être servi. Pour des raisons de poids, de commodité, les prestataires sont passés du plat en métal inoxydable -lourd qui doit être lavé- à la grande barquette plastique -légère, qui se jette. Cela a forcément un impact sur la santé des enfants, En effet les perturbateurs endoctriniens migrent des plastiques dans les aliments lors du réchauffage à 120°. Cela été reconnu comme favorisant l’obésité et les pubertés précoces. Plus les enfants sont jeunes plus l’impact est grand.

L’alerte a été donnée par les parents d’élèves de Montrouge qui ont monté un collectif "cantines sans plastique". Après plusieurs refus, cet automne, le Parlement a enfin interdit aux villes de plus de 2000 habitants d’utiliser des contenants de cuisson, de réchauffe et de service en matière plastique en restauration collective, dans les établissements scolaires et universitaires et ceux accueillant des enfants âgés de moins de 6 ans à partir du 1er janvier 2025.

La pétition pontoisienne demande que la Ville dès son nouveau contrat abandonne ces contenants avant la date butoir : 6 ans, c’est une génération scolaire à protéger.

Proposer une alimentation durable

Une Ville a un rôle d’exemple et peut prouver à sa population l’intérêt d’une alimentation durable. Il lui faut solliciter les prestataires de ses cantines de crèches et d’écoles pour servir des produits de saison, de provenance locale, en tendant vers les produits biologiques, une viande moins fréquente mais de meilleure qualité, une limitation du total de protéines animales et des sucres visibles ou cachés.J’ai déjà évoqué l’intérêt d’un menu alternatif végétarien de qualité, proposé chaque jour en soutenant une pétition nationale.

Le contrat actuel ne s’engage que sur du local, "en tendant vers le raisonné", sans limiter vraiment les excès de sucre et de protéines animales. comme le prouve les menus sur le site de la Ville. Il est possible de le faire évoluer, c’est le moment. En soutenant cette pétition, l’ensemble des Pontoisiens peut influer sur la politique alimentaire de la Ville.

Pontoise gagnerait beaucoup à s’engager comme les »Villes et Territoires sans perturbateurs endocriniens » à éviter pesticides et polluants toxiques afin d’améliorer l’environnement et la santé des Pontoisiens.

Pour aller plus loin

Bio et local c’est idéal

Penser autrement la cantine : intérêt d’une alternative végétarienne quotidienne

https://www.ville-pontoise.fr/artic...

L’observatoire des aliments : les aliments ultratransformés


Articles les plus récents

jeudi 14 février 2019
par   Pontoise Ensemble

Echos du CM du 9 février : bref, sans enjeu, mais plein d’infos

Ce 1er conseil de l’année 2019 est celui de renouvellement de conventions et donc de bilans 2018 : avec l’Afev qui accompagne scolairement des collégiens, avec la Sauvegarde qui intervient en prévention non scolaire, avec les trois collèges de Pontoise pour l’accueil dans ses services des élèves (...)

lundi 28 janvier 2019
par  pontoisensemble

Echos du CM de décembre 2018 : hommage, budget et égalité femmes-hommes

Ce conseil municipal du 20 décembre s’est ouvert par un discours d’hommage et une minute de silence dédiés à Jean-François Levesque, ex directeur de l’école de Marcouville, qui fut adjoint aux affaires scolaires sous une majorité socialiste et promoteur des Contrats locaux d’accompagnement à la (...)

mercredi 23 janvier 2019
par  Patrick Madelin

10 ans et après : Prévenir le réchauffement climatique

Pontoise Ensemble avait interrogé les participants de la soirée anniversaire de ses dix ans sur les priorités à mettre en œuvre pour un développement durable. Elle leur demandait quelles étaient les solutions les plus efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique. Pour étayer ce (...)

vendredi 18 janvier 2019
par  Bénédicte ARIES

Grande Synthe et son maire, face à tous les défis

Notre précieux cinéma Utopia proposait le 13 décembre un documentaire de Béatrice Camurat-Jaud sur la ville de Grande Synthe, suivi d’une passionnante rencontre avec la réalisatrice et le maire de la ville, Damien Carême. Celui-ci prouvait par l’exemple qu’une politique locale innovante était toujours (...)

lundi 14 janvier 2019
par   Pontoise Ensemble

Echos du conseil d’agglomération du 18 décembre 2018

Ce conseil essentiellement d’adoption du budget 2019 était inauguré par une motion contre le projet d’itinéraire de fret ferroviaire. Deux sujets qui firent débat et furent parfois même votés diversement, ce qui est rare dans cette instance.
Les votes favorables ont été unanimes pour le plan de (...)